La question est posée
création radiophonique
2019/2020

15’41 minutes
ARTE Radio
mise en ligne le 16 janvier 2020
pour écouter 

ffff

J’ai toujours travaillé avec des voix que j’enregistre moi-même, des personnes que je connais ou rencontre, mais cette fois-ci – à la suite d’une proposition de Guillaume Désanges et François Piron pour l’exposition Contre-vents qui s’est tenue au Grand Café à Saint-Nazaire en 2019 – je suis parti de voix que je ne connaissais pas, loin de moi, mais qui me sont devenues proches par l’écoute, par ce que j’ai éprouvé en les écoutant.
Un certain nombre de films ont documenté dans les années 70 les luttes paysannes, ouvrières et étudiantes, et dans ces documents, il y a surtout (j’y ai surtout entendu) des voix : des personnes qui parlent, témoignent, haranguent la foule, hurlent, slogantent et parfois même pleurent. Ces voix, individuelles ou collectives, nues ou au mégaphone, possèdent une émotion, une tension, une charge, qui nous parlent aujourd’hui.
J’ai fait une composition avec quelques fragments de ces voix, en les isolant en partie de leur contexte, en mélangeant les époques, les lieux, les situations, en créant entre elles des liens, des rebonds, des rythmes, des ruptures, des vides, pour un collage vocal, bruitiste, affectif et musical qui compose une figure suggestive et intemporelle de la lutte.

gggg

Composition, montage et musique de Dominique Petitgand

avec la participation de Christine Ott aux Ondes Martenot (enregistrées en 2001 par F.Lor)

avec les extraits sonores des films de Soazig Chappedelaine et René Vautier (Quand les femmes ont pris la colère – 1977), Armand Gatti (Le baille, le train, la moëre – 1976), Danièle Jaeggi (C’est tout pour nous et vous – 1974), Nicole Le Garrec (Plogoff, des pierres contre des fusils – 1980), Nicole Le Garrec et René Vautier (Quand tu disais Valery – 1975), Jean-Louis Le Tacon (Voici la colère bretonne : la grève du Joint Français – 1972, Bretonneries pour Kodakrome – 1974, La Marche au Larzac vue d’un oeil breton – 1975), Carole Roussopoulos (Les travailleuses de la mer – 1985), René Vautier (Marée noire et colère rouge – 1978), et d’un enregistrement de Bruno Serralongue à Notre-dame-des-Landes – 2016.

remerciements aux cinéastes et artistes, à François Piron, Guillaume Désanges et Clément Raveu

photo Martin Barzilai / Haytham Pictures