Diffusion presqu’intégrale
performance sonore pour 2 haut-parleurs
1992/2015

pour une salle de spectacle ou de concert
durée 4 heures

dans le cadre de Récits & Paysages, Le Pavillon, Cinéma 104, Pantin, 2011
La Compagnie, Marseille, 2006
Festival Musique Action, CCAM-Scène Nationale, Vandoeuvre-lès-Nancy, 2004
Les Laboratoires d’Aubervilliers, 2003

version pour salon d’écoute
exposition personnelle La voix en attente, gb agency, Paris, 2018
exposition personnelle, Level One, gb agency, paris, 2015

Les heures creuses 

version pour salle de spectacle ou de concert

Je me suis toujours tenu de proposer des performances – séances d’écoute de courtes durées, ne dépassant pas les 45 minutes. La Diffusion presqu’intégrale, d’une durée de 4 heures, est une exception et une expérience : il s’agit pour une fois d’écouter dans sa quasi totalité – en version stéréo, dans un montage non chronologique, suivant un fil narratif et structuré par les silences – l’ensemble des pièces courtes que je réalise depuis plusieurs années. Toutes ces pièces sont issues d’un même matériau (principalement les voix) et des mêmes procédures d’enregistrement et de montage, même si chacune, par son titre, sa durée, mais aussi ses enjeux conceptuels, narratifs et formels propres, se révèle être autonome et singulière.
Ce qui motive cette proposition, outre son aspect rétrospectif, est peut-être ce que produisent la réunion et l’insistance, dans un même espace et sur une longue durée, des mêmes voix, des mêmes sons et atmosphères musicales.
Ces éléments découpés, dépliés, mis de côté puis repris, prennent l’allure d’un long récit ouvert, obsessionnel et complexe, aux multiples couches, perspectives et épanchements. La présence des voix comme guide, les paroles et les silences à jeu égal.
Pour assouplir la monumentalité de la proposition, la salle est plongée dans une pénombre aménagée permettant aux personnes qui ne souhaitent écouter qu’une portion de la diffusion (ce qui est possible compte tenu de son aspect fragmentaire), d’entrer et de sortir sans gêner les autres, nous laissant libre de choisir la durée de notre écoute.


version pour salon d’écoute

Pour une salle d’exposition, un espace d’écoute circonscrit par une surface feutrée au sol, et un banc muni de casques.

gb agency, Paris, 1-3 2015 / 4 2018photos Aurélien Mole


liste des pièces
1992/2015

1.    violon seul
2.    Tu es privé de tout ce que tu aimes
3.    intro Comptable
4.    Cette agitation
5.    Le sens de la mesure
6.    Certaines responsabilités
7.    Toujours, toujours
8.    Tôt
9.     Au ventre
10.   La rosée
11.   Itinéraire
12.   La chambre sourde
13.   Le bout de la langue
14.   Quelqu’étiquettes
15.   L’amorce des consignes
16.   Linge
17.   Train-train
18.   Un soulagement
19.   Je descends
20.   Une protection
21.   Un sacré paquet
22.   Moi, qui l’aimais tant
23.   Il y a (panorama) – extrait
24.   Robe longue et p’tite cravate
25.   Je ne sais pas
26.   Cette chanson
27.   6+1
28.   En tête
29.   La brosse à cheveux (muette)
30.   Je m’en vais
31.   Le prévu
32.   L’imprévu
33.   Quelqu’un
34.   L’impossible
35.   Par terre
36.   Dehors (2)
37.   Quelqu’un est tombé
38.   Du mercurochrome
39.   À portée de main
40.   En partance
41.   Clinique
42.   La tête la première
43.   Qui s’abat
44.   Il s’est précipité
45.   1/79
46.   La chaleur
47.   Mur
48.   On le retrouvera
49.   Le plus gros juron
50.   La dispute
51.   La surdité
52.   La tête
53.   Domicile
54.   La porte ne s’est pas ouverte (1)
55.   Le tour du cadran
56.   Plein air
57.   1/2/3
58.   Ce lointain
59.   Mon possible
60.   Il y a, ensuite
61.   Comme tout le monde
62.   Le visiophone odorant
63.   L’air qui rentre
64.   La cécité
65.   Dehors (1)
66.   À l’étouffée
67.   Au bord du quai – extrait
68.   Je m’en vais – extrait
69.   Expectoration à la clef
70.   Exhalaisons (ville)
71.   Par surprise
72.   La centrifugeuse
73.   Une douleur spéciale
74.   Fringale
75.   Menu
76.   Je marche
77.   Cet empêchement
78.   Les symptômes
79.   Lalalamour
80.   Son coin
81.   Il dormait
82.   Feu vert
83.   De l’éther
84.   Plomb
85.   Exhalaison
86.   Je m’endors
87.   Présage
88.   Au pied du lit
89.   Extinction
90.   La chaise
91.   Un faible pour le lac
92.   Un rêve comme un cauchemar
93.   Rêverie khmère
94.   Pleine nuit (2)
95.   Moi, qui
96.   La journée
97.   Courants d’air
98.   Epuisement
99.   La brosse à cheveux
100. J’ai changé
101. Fatigue
102. Visite imprévue, zéro
103. La tamponneuse
104. Bière
105. Soulagement/regret
106. Inciser
107. État liquide


ddd

à propos

–  essai « Le visage sonore » par Paul-Emmanuel Odin, La Compagnie, Marseille, 2006

ddd