Catégorie : Non classé

La distance abolie

La distance abolie
installation sonore pour 10 haut-parleurs
2022

exposition personnelle La distance abolie, Musée des Beaux-Arts de Nancy, 2022/2023

ddd

La distance abolie est un long pointillé sonore qui reprend quelques éléments vocaux communs aux œuvres Les trois pointillés, L’écoute flottante, Entre la porte et le mur, Je-ne-sais-pas, Les voix blanches.

L’œuvre est composée de quatre parties, installées de façon éparpillée
aux murs du musée : ménageant une relation autant présente qu’absente et une co-habitation parasitaire avec le lieu et les œuvres de la collection du musée, les quatre parties sont disséminées dans deux salles de la collection et dans deux espaces de passage, comme un possible fil conducteur au long du parcours de la visite.

Plusieurs ensembles de haut-parleurs de couleur blanche, suspendus à différentes hauteurs dans les parties hautes et inoccupées des murs (la partie “ciel”), y font entendre les voix en pointillé entrecoupées de longs silences. Selon l’emplacement dans le musée, les silences sont plus ou moins longs et les éléments vocaux, plus ou moins concentrés et développés : quelques voix à saisir à la volée, présences sans langage (chantonnements, rires, exhalaisons) ou phrases découpées et désarticulées, parfois mot à mot, syllabe par syllabe, passant d’un haut-parleur à l’autre et suspendues dans le vide.

Ces différentes parties d’un tout, jouant avec l’architecture du lieu, proposent un récit fragmenté et éclaté, pour une écoute mobile, intermittente, enchaînée et reliée à distance.

plans des installations au rez-de-chaussée et au 1e étage du musée


ddd

dans le grand escalier dit “Beaudoin”
partie 1 pour 1 haut-parleur
(exhalaisons)

extrait 1

ffff
hhh

ffff
hhh

photos D.P.


ddd

dans l’escalier dit “1936” 
partie 2 pour 2 haut-parleurs
(oui/non)

extrait 2fff

sssss
ddd

sss
jjj

photos D.P.


ddd

au 1e étage
dans la salle dite “de la femme à la puce”
partie 3 pour 2 haut-parleurs
(les verbes)

extrait 3ddd

ddd
jjj

ddd
jjj

photos D.P.


ddd

au 1e étage
dans la salle dite “des grands formats”
partie 4 pour 5 haut-parleurs
(les phrases)

extrait 4

dd
jjj

dd
jjj

photos 1-2 D.P. / 3 Adeline Schumacker-Ville de Nancy / 4 Véronique Beaudoin


dddd

à propos

entretien autour de l’exposition La distance abolie avec Susana Gállego et Kenza-Marie Safraoui, 2022

fff

Les lointains

Les lointains
installation sonore pour 4 interphones
2022

acquisition du Musée des Beaux-Arts de Nancy
exposition personnelle La distance abolie, Musée des Beaux-Arts de Nancy, 2022/2023

ddd

Les lointains est une œuvre en quatre parties, installée de façon pérenne
aux murs du musée, pour une écoute à activer, interruptive et pour soi.

À quatre recoins ou lieux de passage, zones intermédiaires choisies pour leur
relative discrétion à la lisière des salles d’exposition de la collection du musée,
un interphone fixé à mi-hauteur au mur, est à disposition pour faire entendre
une séquence sonore. 

Le son, en position d’attente ou en sommeil, se diffuse à une proche distance
uniquement lorsque l’on appuie sur le bouton en façade de l’appareil.
L’écoute dure aussi longtemps qu’on le souhaite et tant que l’on garde le doigt
appuyé, et nous met en présence de quatre séquences sonores différentes,
réparties sur les quatre appareils dans le musée.

Les quatre situations sonores ont en commun de créer l’illusion de nous relier
à distance avec un espace et un temps extérieurs au musée, un hors-champ
en plein air ou en intérieur, inaccessible et pourtant si proche à l’oreille.
Quatre scènes à la durée indéterminée, sans début ni fin, avec différents plans
et lointains, et dont le degré de réalité et la nature de diffusion en temps réel
nous interrogent et nous troublent.

photo Philippe Tytgat

plans implantation des interphones au rez-de-chaussée et au 1e étage du musée


ddd

1 – brouhaha
au rez-de-chaussée
après l’entrée du musée et à côté de l’ascenseur

son :
brouhaha de voix, bribes, appels et rires mélangés
confusion et effusions lors d’une fête en intérieur

extrait

ffff

dddd

dddd

photos D.P.


ddd

2 – cour
au rez-de-chaussée
à l’angle de l’espace médiation côté rue

son :
dans une cour, deux enfants s’interpellent à distance
au premier plan, une femme est au téléphone
point d’écoute depuis un intérieur avec la télévision allumée
 

extrait

ddd
fff

ddd
fff

photos D.P.


ddd

3 – ballon
au 1e étage
devant la rampe

son :
en plein air, un jour de vent, des enfants jouent au football
voix proches et lointaines et rebonds du ballon

extrait

ddd
ggg

dd
ggg

photos D.P.


ddd

4 – rue
au 1e étage
dans le sas à côté de l’atelier des enfants

son (avec la contribution d’Hervé Birolini) :
dans une rue à l’étranger
un chant à proximité et aux paroles inintelligibles
un chien, des passants et quelques véhicules 

extrait

ddd
ffff

ddd
ffff

photos D.P.


dddddo
document

affiche – photo Philippe Tytgat / graphisme Michaël Leblond


dddd

à propos

entretien autour de l’exposition La distance abolie avec Susana Gállego et Kenza-Marie Safraoui, 2022

fff

book Mes écoutes

Mes écoutes
book
2022

éditions B42, Paris
collection Sentiers directed by Mathilde Villeneuve
in bookshop ou by order

Les heures creuses 

texts by Dominique Petitgand
graphic design deValence
French

107 x 169 mm
176 pages

diffusion and distribution
LES BELLES LETTRES
ISBN : 978-2-490077-66-3
12 €

eee

ffff
First issue of the collection Sentiers directed by Mathilde Villeneuve,
Mes écoutes is a project started by Dominique Petitgand in 2004,
in parallel with his work of sound creation. Gathering texts unpublished
or having been initially diffused in exhibitions or during performances,
this work constitutes its most complete version. 

Through these 170 short texts, Dominique Petitgand describes how,
in various situations of his daily life, he listens. Similar to a crossing
of places and times, this evocation of sounds in their absence constitutes
a possible fiction around a few themes: the course of a day from waking
to sleeping, domestic or urban listening, travel, the rules of conversation,
inner music, or sound obsession. For each of the situations described,
the context, the moment, the circumstance but also the mental or physical
disposition of the person listening, are as important, if not more so, than
the description of the sound itself. This collection thus makes room
for the unrepresentable sound and prefers to shift the reflection
on its effects and its reception rather than on its description.

It thus concentrates on a point of detail, resonances, resemblances,
or is sometimes satisfied with simply stating a question.
Particular attention is then paid to what is indirect, is at a distance,
or is revealed after the fact.

dddd

excerpts

 

extrait

livre Un paysage

Un paysage
livre
2022

auto-édition

dd

texte de Dominique Petitgand

105 x 148 mm
28 pages

avec les voix de
Ginette Ejarque, Geneviève Gandy, René Beauval,
Andrée Perrin, Odette Chazot, Clarisse Bouvret,
Raymond Brachet et Charles Second
enregistrées en collaboration avec Charlotte Imbault

publié à l’occasion de l’exposition LBO centre d’art
Ehpad Les Blés d’Or, Saint-Baldoph, 2022
(cur. Mohamed El Khatib, Valérie Mréjen)
coproduction Ehpad Les Blés d’Or
et Malraux scène nationale Chambéry Savoie

eee

jjj
Cette publication est une des deux parties de l’ensemble Les deux paysages,
composé de deux propositions autonomes (à expérimenter séparément) :
un paysage à écouter et un paysage à lire.

Paysage à lire : un long poème paysager et collectif.
Lors de rencontres à l’Ehpad Les Blés d’Or, quelques résidentes et résidents
nous ont ouvert leur porte.
Nous avons échangé, et certaines des conversations
ont été enregistrées, pour constituer la matière, non d’une composition sonore,
mais d’une transcription puis d’une écriture.
Les conversations ont tourné autour de la notion de paysage. Plusieurs tentatives
de descriptions ont fait émerger quelques paysages présents et passés, traversés,
habités, remémorés, rêvés ou imaginés. De ces récits enregistrés puis transcripts,
quelques mots et éléments de phrases ont été choisis et isolés pour prendre
place dans une longue composition écrite, paysagère et partagée.

La publication est principalement disponible dans le lieu de l’exposition.
Proposée à chaque personne y habitant ou y travaillant, et en libre accès
pour toute personne en visite.

dddd

extraits

extrait


dddd

document
iiii

jjjjj
extraits cahier de montage


ff

à propos

– catalogue de l’exposition LBO, centre d’art, dirigé par Éric Reinhardt, Mucem/Éditions Xavier Barral, 2023

fff

Les deux paysages

Les deux paysages
pièce sonore et livre
2022

exposition LBO centre d’art, Ehpad Les Blés d’Or, Saint-Baldoph, 2022 (cur. Mohamed El Khatib, Valérie Mréjen)
coproduction Malraux scène nationale Chambéry Savoie/Ehpad Les Blés d’Or/Compagnie Zirlib
expérience réalisée dans le cadre du soutien à la création artistique Mondes Nouveaux
creuses 

La proposition Les deux paysages est liée au contexte de l’exposition
à l’ehpad Les blés d’or, et s’adresse, en premier lieu, aux personnes qui y
habitent ou y travaillent, en second, aux personnes en visite.
Elle est constituée de deux œuvres : un paysage à écouter et un paysage
à lire. Deux œuvres qui partagent la même thématique liée aux récits de
paysages, mais sont autonomes l’une de l’autre, n’entretiennent pas de
lien direct dans leurs matériaux et leurs processus de création, et sont
à expérimenter séparément.

ddddd


ddd

Il y a (panorama)
pièce sonore
2002/2022

en situation devant un paysage et en écoute au casque

ssss


Au deuxième étage de l’établissement, au bout d’un couloir et face à la montagne, il y a un lieu légèrement à l’écart, potentiel lieu de contemplation et d’écoute.
Sur une petite tablette et à côté d’un siège spécialement placé face à la fenêtre, un lecteur audio et un casque sont mis à disposition pour une écoute (volontaire et solitaire) d’une composition vocale, paysagère, musicale et silencieuse.

Il y a (panorama) est une composition originellement créée en 2002, remixée, développée et mise en musique en 2022 dans une nouvelle version. Dans cette re-création, une voix d’enfant, fil conducteur de la narration, décrit, fragment par fragment, différents aspects et points de détails d’un paysage. Nous ne savons pas si ce paysage est réel ou imaginaire, unique ou composite, présent, remémoré ou inventé. La voix est habillée d’arrière-plans paysagers, dont la géographie changeante et variée, évoquée par quelques sons et bruits, n’est pas précisément située. Quelques éléments musicaux ponctuent le récit, lui imprime son rythme et sa respiration.

hhh
croquis préparatoire d’une première option avec haut-parleurs

ddd

extrait

ddd

fff

ddd

scénographie Louise Sari / photos 1-3-4-5 D.P. / 2 Yohanne Lamoulère


dddd

Un paysage
livre
2022

distribuée et en libre accès

ddd

Paysage à lire : un long poème paysager et collectif.
Lors de rencontres à l’Ehpad, quelques résidentes et résidents nous ont ouvert leur porte. Nous avons échangé, et certaines des conversations ont été enregistrées (en collaboration avec Charlotte Imbault), pour constituer la matière, non d’une composition sonore, mais d’une transcription puis d’une écriture.

Les conversations ont tourné autour de la notion de paysage.
Plusieurs tentatives de descriptions ont fait émerger quelques paysages présents et passés, traversés, habités, remémorés, rêvés ou imaginés. De ces récits enregistrés puis transcripts, quelques mots et éléments de phrases ont été choisis et isolés pour prendre place dans une longue composition écrite, paysagère et partagée.

jjj
Noir & Blanc
105 x 148 mm

28 pages
jjj

photos D.P.


ff

à propos

– catalogue de l’exposition, dirigé par Éric Reinhardt, Mucem/Éditions Xavier Barral, 2023
visite audio-guidée de l’exposition, réalisée par Camille Nauffray, avec la voix de Frédéric Pierrot, 2022

fff

Les trois pointillés

Les trois pointillés
ensemble de 3 installations sonores pour 2, 3 et 7 haut-parleurs
2022

exposition L’écoute essaimée (conjointe avec Félix Blume), Musée Réattu, Arles, 2022
(cur. Daniel Rouvier, Pascale Cassagnau, Marc Jacquin)

ddd

Les trois pointillés est une œuvre en trois parties.
À la suite d’un premier volet qui s’est tenu dans la Chambre d’écoute du musée (écrin protégé, plongé dans la pénombre et dédié aux œuvres sonores), trois installations in situ s’éparpillent désormais sur plusieurs étages du musée et occupent en pleine lumière trois espaces de la collection.
Trois compositions avec voix : une série de phrases, mots et syllabes sont suspendues dans le vide par trois dispositifs adaptés à la particularité des lieux et des acoustiques. 
Ces trois installations proposent un long récit global, creusé par les silences et les ellipses, au long d’un parcours porté par les voix, par leurs présences et leurs absences, leurs sollicitations, leurs suggestions.

ddd


lknjhiuh

1
dans la salle de la collection dite “Salle aux portraits”
installation sonore pour 2 haut-parleurs

Accrochés à différentes hauteurs des murs et dans les interstices des tableaux de la collection, deux haut-parleurs diffusent, de façon détachée (mot à mot, parfois syllabe par syllabe) et distanciée, de très courtes phrases entrecoupées de long silences. Toutes les phrases de cette première installation commencent par la première personne du singulier, répètent et déclinent au présent de l’indicatif une suite d’actions.
Les passages d’un haut-parleur à l’autre impriment une série de mouvements, dans un sens ou dans l’autre. Ces phrases, saisies à la volée par le public lors de sa visite de la collection, proposent une écoute mobile, environnementale et passagère qui laisse exister l’alentour et n’occupe pas totalement l’espace ni le temps.

extrait 1

extrait

hiuhuu

hiuhuu

photos 1-2-4 François Deladerrière / photo 3 D.P.


lknjhiuh


dans la salle de la collection dite “Salle des peintures Grisailles”
installation sonore pour 3 haut-parleurs

En alternance et parfois en écho à la première installation, les voix se retrouvent dans un second espace voisin, diffusées cette fois-ci sur trois haut-parleurs (également fixés aux murs à différentes hauteurs et positionnés dans les interstices des tableaux).
Les phrases, tout autant découpées et distendues, sont plus longues et développent certains éléments du récit.

extrait 2

extrait

hiuhuu

hiuhuu

photos François Deladerrière


lknjhiuh

3
dans l’espace dit “gothique”
installation sonore pour 7 haut-parleurs

Troisième étape et terme du parcours, les voix se retrouvent enfin dans un espace dédié, sans autre chose que le son lui-même, au sein d’une composition plus étendue et habillée d’éléments musicaux et sonores – version adaptée de l’œuvre Entre la porte et le mur.
Cinq haut-parleurs apparents sont fixés à différentes hauteurs des murs et décrivent des courbes, des mouvements d’aller et de retour, pour les voix détachées et suspendues dans le silence, tandis que de brefs éléments musicaux sont diffusés depuis deux haut-parleurs dissimulés au sol derrière la cimaise. Ces vibrations, ondes et présences musicales s’ajoutent aux voix, comme ponctuations et parenthèses sonores.
Ce dispositif propose une écoute plus dense, immersive et isolée, par laquelle la narration peut se développer dans de plus amples séquences.

extrait 3

extrait

hiuhuu

hiuhuu

photos 2-3-4-5 François Deladerrière / photos 1-6 D.P.


dddd

à propos

– entretien avec Sandrine Ozerov, thèse, Labo d’Études en Sciences des Arts, Aix-Marseille Université, 2022
entretien avec Marc Jacquin, catalogue exposition Revue Semaine n°458, 2022, fr./angl.
entretien avec Marc Jacquin (version longue), pour l’exposition Musée Réattu, 2022
dossier de presse de l’exposition, 2022

fff

livre Mes écoutes

Mes écoutes
livre
2022

éditions B42
collection Sentiers dirigée par Mathilde Villeneuve
en librairie ou sur commande

Les heures creuses 

textes de Dominique Petitgand
graphisme deValence
français

107 x 169 mm
176 pages

diffusion et distribution
LES BELLES LETTRES
ISBN : 978-2-490077-66-3
12 €

eee

ffff
Premier volume de la collection Sentiers dirigée par Mathilde Villeneuve,
Mes écoutes est un projet entamé par Dominique Petitgand en 2004,
en parallèle de son travail de création sonore. Rassemblant des textes
inédits ou ayant été initialement diffusés lors d’expositions, ou de
performances, cet ouvrage en constitue la version la plus complète. 

À travers ces 170 courts textes, Dominique Petitgand décrit comment,
dans diverses situations de sa vie, il écoute. Semblable à une traversée
des lieux et des temps, cette évocation des sons en leur absence constitue
une fiction possible autour de quelques thèmes : le parcours d’une journée
du réveil au sommeil, l’écoute domestique ou urbaine, les déplacements,
les règles d’usage de la conversation, la musique intérieure, ou encore
l’obsession sonore. Pour chacune des situations décrites, le contexte,
l’instant, mais aussi la disposition mentale ou physique de la personne
qui écoute, importent autant, sinon plus, que la description du son.
Ce recueil fait ainsi place au son non-représentable et préfère déplacer
la réflexion sur ses effets et sa réception plutôt que sur sa description.
Il se concentre ainsi sur des détails, des résonances, des ressemblances,
ou se contente parfois simplement d’énoncer une interrogation.
Une attention particulière est alors portée à ce qui est indirect, se trouve
à distance, ou se révèle après-coup.

Chacun de ces textes peuvent être lus indépendamment les uns des
autres ou en suivant l’organisation des ensembles proposés par
Dominique Petitgand, et participent d’une même conception de l’acte
d’écoute, ici pensé comme un outil filtrant la vie et s’insinuant au fil des
jours dans les pensées de l’auteur.

dddd

extraits

extrait


ddd

à propos

entretien radiophonique avec Marie Richeux, émission Par les temps qui courent, France Culture, 2022
texte de Marie Viguier, article de presse magazine en ligne maze.fr, 2022
entretien avec Marie Viguier, magazine en ligne maze.fr, 2022
texte de Christian Rosset, article de presse magazine en ligne diacritik.com, 2022
vidéo réalisée par Dominique Petitgand, courte présentation du livre, 2022


ddd

extraits publiés dans revues, livres ou catalogues

– livre Une idée du Nord de Pascale Cassagnau, Beaux-Arts de Paris éditions, 2015
– livre Sommeil léger, co-édition EPCC ESBA TALM site d’Angers/Le Gac Press, 2014
– livre La tentation du son, direction Kaye Mortley, Phonurgia Nova éditions, 2013
– revue Le Quai n°15, École Supérieure d’Art de Mulhouse, 2008
– catalogue de l’exposition Small Various Fire, Royal College of Art, Londres, 2007, angl.
– Revue & Corrigée n°72, 2007
– Revue & Corrigée n°71, 2007
– Revue & Corrigée n°70, 2007
 Revue & Corrigée n°69, 2007
– Journal des Laboratoires d’Aubervilliers – Special Issue2007, angl.
– Journal des Laboratoires d’Aubervilliers, 2006

hhhh

Light voices (map)

Light voices (map)
print – English version
155 x 220 cm

2022

edition of 20 (French version and English version included)
exhibition L’écoute flottante, gb agency, Paris, 2022
by order at gb agency, Paris

iiiiiiii

The printed work is mounted halfway up on the surface of a wall.
It can be read as a giant map.

Once I finish sound editing, the transcription makes the text visible and formal. It’s something that comes afterward, and can take many forms. This map is one of those forms. Neither linear nor vertical like the transcriptions that I publish in catalogs, this time it’s spatial, panoramic, geographic, like a map that fills the entirety of an enormous white page.
Translation in English by Miles Hankin, Chet Wiener and Marisol Rodriguez.

gggg

gb agency, 2022 – photo Aurélien Mole

ddd

ss

sss

detail English version 


ddd

Musée des Beaux-Arts de Nancy, 2022, French version – photo D.P.


jj
about

– interview with Églantine Mercader, on the occasion of exhibition gb agency, 2022

ffff

Les voix blanches (map)

Les voix blanches (map)
impression papier – version française
155 x 220 cm

2022

édition multiple 20 exemplaires (version française et version anglaise comprises)
en vente à gb agency, Paris

exposition personnelle La distance abolie, Musée des Beaux-Arts de Nancy, 2022
exposition personnelle L’écoute flottante, gb agency, Paris, 2022

jjj

L’œuvre imprimée est fixée à mi-hauteur sur la surface d’un mur.
Elle se lit comme une carte géante.

Une fois fini le montage d’une œuvre sonore, il y a un texte potentiel qu’une transcription rend visible et formalise. Quelque chose qui vient après et peut prendre toutes les formes. Cette carte est une de ces formes. Non plus linéaire et verticale, comme les transcriptions que je publie dans les catalogues, mais cette fois-ci spatiale, panoramique, géographique, comme une cartographie prenant place dans toute l’étendue d’une immense page blanche.

gggg

gb agency, 2022 – photo Aurélien Mole

ddd

ddd

ddd

détail version française


ddd

Musée des Beaux-Arts de Nancy, 2022 – photo D.P.


jjj
à propos

– entretien avec Églantine Mercader, communiqué exposition gb agency, 2022

ffff

Soupirs EN

Soupirs
sound installation with 1 speaker and vinyl
2022

exhibition L’écoute flottante, gb agency, Paris, 2022

iiiiiiii

A vinyl record is placed on a turntable, itself placed on a base containing a speaker. The disc has two sides. The triggering of its listening is free.

Soupirs is a suggested accompaniment, an intermittent musical presence, either in a corner or out in the center of a space, like a fountain or a clock that chimes from time to time. It doesn’t operate on schedule, but rather on demand, for a fixed duration (the length of a vinyl record).  It’s a musical ambiance to which one pays full attention or not, it can be ignored or not, with long silences between notes.
The length of the silences is unequal, making the flow of time irregular, wobbly and arbitrary. 

ffff

excerpt

gggg

gggg

gggg

photos Aurélien Mole


kkk
about

interview with Églantine Mercader, on the occasion of exhibition gb agency, 2022

fff